home fr
achetez où?

Le safran comme antidépresseur et pour prévenir et guérir les effets secondaires des antidépresseurs courants. Le safran contre le burn-out, les crises d’anxiété, la boulimie, les TOC…

Je trouve cette poudre super originale, moi qui n'avais jamais pensé consommer du Safran dans une boisson ! Il est possible de mélanger la poudre dans du lait chaud ou froid. Personnellement, j'ai une préférence pour le lait de soja chaud... Le mélange est vraiment savoureux !

Stellina Huvenne, Thérapeute et Lifecoach, dans une critique sur son blog help-yourself.eu, France

La dépression est un mal plus courant que jamais
Anxiété, constipation, idées suicidaires, insomnie…

En Occident, 1 adulte sur 10 affirme souffrir de dépression. D’ici 2020, la dépression devrait selon toute probabilité devenir la principale cause de non-fonctionnement. (2)
Chaque année, la psychopharmacologie moderne génère des milliards d’euros de recettes en antidépresseurs. L’utilisation de ces médicaments ne cesse de croître, les Américains arrivant en tête de classement avec 11 % de la population sous antidépresseurs.

Le plus grave est qu’environ 90 % de ces patients connaissent au moins l’un des graves effets secondaires (5)(6)(7)(8)(9)(10) – tels que anxiété, constipation, idées suicidaires, insomnie, prise de poids (6)7)(8)(9)(10) et troubles de la sexualité. Un lien a par ailleurs été démontré entre l’utilisation d’antidépresseurs pendant la grossesse et le risque d’autisme chez l’enfant. (11) Ajoutons que 73 % des personnes sous antidépresseurs souffrent également de dysfonctions sexuelles. Les antidépresseurs perdent souvent de leur efficacité en cours de traitement, mais les troubles de la sexualité perdurent souvent des années. (9) Afin d’éviter les effets secondaires, de nombreuses personnes recherchent aujourd’hui des alternatives (13).

Dans cet article, nous dévoilons de nouveaux résultats démontrant que le safran (Crocus sativus) est tout aussi efficace que certains médicaments actuellement utilisés dans le traitement de la dépression et ne présente pas d’effets secondaires indésirables. (14) (15). Il a d’autre part largement été démontré que lorsque le safran est administré en complément d’un traitement antidépresseur, il agit comme complément thérapeutique puissant permettant d’annihiler les effets secondaires indésirables en matière de sexualité ! (16) Le safran va également pouvoir être utilisé contre l’anxiété et les troubles obsessionnels compulsifs, souvent traités via les antidépresseurs.

Le safran est un puissant catalyseur de bonne humeur
Adieu dépression et burn-out, adieu antidépresseurs!

Dans la médecine traditionnelle perse, déjà, le safran était utilisé pour traiter la dépression. (17) C’est sur la base de cet usage ancien qu’une étude moderne a été réalisée afin de déterminer l’influence du safran sur l’humeur. Des études réalisées depuis 2001 révèlent que l’extrait de safran présente de puissantes propriétés antidépressives. (18) Ces expérimentations étaient toutefois souvent réalisées sur des souris. En 2010, des scientifiques ont dès lors procédé à une étude clinique randomisée en double aveugle comparant la prise de safran à l’administration d’un placebo. 40 patients adultes en traitement ambulatoire chez lesquels avait été diagnostiquée une dépression sévère sur la base du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ont pris part à l’étude. Après 6 semaines, les patients ayant reçu du safran obtenaient des résultats considérablement meilleurs sur l’Hamilton Depression Rating Scale que les patients du groupe placebo. L’effet du crocus sativus (safran) dans le traitement de la dépression légère à modérée (17) chez l’homme a également été établi. Aucun effet secondaire significatif n’a été relevé. Plusieurs scientifiques se sont penchés sur l’efficacité du safran en comparaison avec les médicaments antidépresseurs les plus courants. Le safran allait-il se révéler aussi efficace contre la dépression que les médicaments?

Le safran meilleur que le Topfranil (imipranine)

Dans une étude en double aveugle réalisée en un seul centre, des scientifiques ont réparti aléatoirement 30 patients dépressifs en deux groupes. L’un des groupes a reçu une capsule de 30 mg de safran 3 fois par jour tandis que l’autre groupe a reçu 100 mg de Trofanil 3 fois par jour. Tous les sujets satisfaisaient aux critères de dépression sévère définis dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 4e édition. Six semaines plus tard, déjà, la dose de safran se révélait plus efficace que le Tofranil dans le traitement de la dépression légère à modérée. Le groupe Tofranil souffrait toutefois de symptômes anticholinergiques tels que la bouche sèche (l’agent anticholinergique bloque le neurotransmetteur acétylcholine du système nerveux) et une sudation importante et indésirable. L’auteur de l’étude est ainsi parvenu à la conclusion que le « safran présente un avantage thérapeutique dans le traitement des dépressions légères à modérées par rapport au Tofranil ». (14)

Le safran aussi performant que le Prozac (fluoxétine)

Quarante patients adultes en traitement ambulatoire répondant aux critères de dépression détaillés dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, quatrième édition, ont été répartis aléatoirement en deux groupes. Le premier recevait une capsule de safran (filaments) de 30 mg deux fois par jour et le deuxième, une capsule de 30 mg de Prozac, deux fois par jour. (15). À la fin de l’étude randomisée en double aveugle s’étant étendue sur six semaines, il a été constaté que le safran était plus efficace que le Prozac dans le traitement de la dépression légère à modérée. Aucune différence significative n’a été notée au niveau des effets secondaires indésirables. (15).

Ces études démontrent clairement que le safran est une alternative puissante aux antidépresseurs pour le traitement de la dépression, et qu’il ne présente pas d’effets secondaires. Mais le safran est également parfait pour le traitement des autres troubles émotionnels et cognitifs, également sans effets secondaires !

En dépit de leur nom, l’usage des antidépresseurs ne se limite pas au traitement de la dépression. Les antidépresseurs sont en effet prescrits pour un large éventail d’affections émotionnelles et cognitives comme les troubles obsessionnels compulsifs, l’anxiété et la maladie d’Alzheimer (19)(20)(21)(22). Certains scientifiques considèrent que si le safran est aussi efficace contre la dépression que les antidépresseurs, il représente sans doute aussi un traitement plus sûr pour ces autres dysfonctionnements souvent traités à coup d’antidépresseurs. Il est également étonnant de constater que lorsque le safran est ajouté au traitement d’hommes et de femmes recevant déjà des antidépresseurs, les effets secondaires des antidépresseurs inhérents à la sexualité s’amenuisent !

Efficacité du safran contre les crises d’angoisse

L’anxiété peut être handicapante. Près de 30 % de la population occidentale est confrontée – à un moment de la vie – à de graves symptômes d’angoisse. (27) Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (SSRI) sont souvent recommandés pour le traitement des troubles d’anxiété (20) et les angoisses sociales. (21) Ce traitement va de pair avec toute une série d’effets secondaires négatifs allant de la nausée aux dysfonctions sexuelles. (6)(7)(8)(9)
Heureusement, des études vétérinaires ont découvert une alternative puissante et sûre. Ces études ont démontré que le safran – et plus particulièrement les substances actives crocine et safranal, réduisent les crises d’angoisse sans présenter d’effets secondaires (28)(29).

Efficacité du safran face aux troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Un trouble obsessionnel compulsif peut être tellement grave que les patients consacrent pour ainsi dire tout leur temps à leurs obsessions et compulsions. (30) Souvent, on a d’abord recours aux antidépresseurs, dans une tentative de contenir les symptômes accaparants et stressants (22) du trouble obsessionnel compulsif. Il n’est pas inhabituel que différents médicaments à différents dosages doivent être essayés avant de parvenir à contrôler, dans une certaines mesure les symptômes du TOC. (22) Généralement, on en arrive finalement presque toujours à combiner différents médicaments (22), ce qui peut résulter en différents niveaux d’effets négatifs faisant obstacle aux avantages positifs.
Des études révèlent une interaction entre la crocine du safran et l’agent serotonergique (neurotransmetteurs responsables de la libération de sérotonine) des médicaments. (31) Une étude a démontré que la crocine est capable de réduire considérablement les symptômes des troubles obsessionnels compulsifs et n’est pas associée à des effets secondaires négatifs significatifs. (31)

Efficacité du safran contre la boulimie et la compulsion alimentaire

L’obésité a pris des proportions épidémiques. L’affection, connue sous le nom de boulimie réactionnelle, ou encore de polyphagie réactionnelle, crée un besoin incontrôlé de nourriture. (33) L’obésité est liée à un déséquilibre des neurotransmetteurs et à un niveau très faible de sérotonine. Le stress, la vulnérabilité et le dérèglement cérébral augmentent le besoin irrépressible de nourriture. (32) La nourriture est un moyen de gratification. (34)(35)(36)(37).
Malheureusement, les médicaments modérateurs d’appétit présentent souvent de dangereux effets secondaires : dommages valvulaires, anomalies congénitales, dommages au foie et pression artérielle accrue, voire, dans certains cas, conséquences mortelles. (38)
Les scientifiques ont débuté une étude clinique randomisée en double aveugle avec contrôle placebo réunissant 60 femmes en surpoids léger ; une compulsion alimentaire entre les repas a été diagnostiquée pour la moitié au moins de ce groupe. Après 8 semaines, le nombre d’en-cas consommés dans le groupe safran avait diminué de 28 % et 55 % affirmaient avoir moins besoin de collations entre les repas ! (37) Après 8 semaines, et sans régime, le groupe safran avait perdu 2 kilos en moyenne et faisait état d’un regain d’énergie et de réactivité. (37) La perte de poids observée montre bien qu’il est parfaitement possible de perdre du poids en diminuant les en-cas consommés entre les repas.

Chez plus de 50% des patients, les antidépresseurs provoquent de graves effets secondaires. Le safran offre une solution saine.

Bien que les antidépresseurs soient associés à un vaste éventail de réactions négatives (6)7)(8)(9)(10), les effets secondaires d’ordre sexuel peuvent provoquer une grande frustration. Sont cités parmi les effets secondaires sexuels : la perte de désir sexuel, l’impossibilité d’atteindre l’orgasme et les troubles érectiles. (9)(10).
Ces symptômes indésirables d’ordre sexuel sont souvent sous-estimés. (10) L’étude démontre toutefois que la dysfonction sexuelle avec inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (SSRI) et Effexor (venlafaxine) touche entre 58 et 73 % des utilisateurs d’antidépresseurs. Ces troubles sexuels peuvent d’autre part perdurer longtemps après l’arrêt de la médication (des mois, des années, voire une durée indéterminée !) (9) Hélas, les personnes souffrant de dépression ont souvent fort à faire pour retrouver enfin une existence stable grâce à l’antidépresseur et le dosage qui leur conviennent. Médecins comme patients sont dès lors souvent réticents à l’idée de modifier le traitement afin de prévenir ou de remédier à la dysfonction sexuelle. (40)(41)(42) Les médecins ont donc souvent tendance à prescrire des médicaments supplémentaires pour résoudre ces problèmes. (43)(44)(45)(46)(47) Les médicaments supplémentaires provoquent alors à leur tour souvent de nouveaux effets secondaires. (45)(46)(47)(48)
Les scientifiques savent aujourd’hui que le safran a non seulement un effet antidépresseur, mais qu'en tant qu’aphrodisiaque, il peut aussi avoir des répercussions positives sur la vie sexuelle. Des études portant tant sur des sujets humains que sur des animaux l’ont démontré. (16)(49)(50)(51)

Le safran neutralise les effets secondaires négatifs d’ordre sexuel causés par les antidépresseurs!

À l’automne 2012, une étude randomisée en double aveugle a été réalisée auprès de 36 hommes mariés souffrant de dépression et dont les symptômes avaient été stabilisés avec succès grâce au Prozac mais souffrant de dysfonctions sexuelles. Ceux-ci ont été aléatoirement répartis en deux groupes, l’un recevant quotidiennement, outre la dose habituelle de Prozac, 2 x 15 mg de safran et l’autre, 2 x 15 mg d’un produit placebo. La fonction sexuelle a été évaluée sur la base d’un index standard. (16) Après 4 semaines, les hommes faisant partie du groupe Prozac/safran rapportaient significativement moins de troubles érectiles et des rapports sexuels de meilleure qualité que ceux du groupe Prozac/placebo. L’équipe a conclu que le « safran était un traitement acceptable et efficace pour les dysfonctions sexuelles provoquées par le Prozac chez les sujets masculins ». (16)

En 2013, 38 femmes souffrant de dépression sévère, stabilisées au Prozac et sujettes à diverses dysfonctions sexuelles causées par cet antidépresseur ont fait l’objet d’une étude. Lors de l’étude menée en double aveugle, la moitié des femmes choisies aléatoirement se sont vu administrer un supplément de 30 mg d’extrait de safran par jour. L’autre moitié a reçu un placebo. Toutes les participantes ont continué à prendre leur dose habituelle de Prozac. Les évaluations ont été réalisées sur la base du Female Sexual Function Index (FSFI) (49). Après 4 semaines, les femmes du groupe safran ont noté une amélioration considérable de la fonction sexuelle totale (FSFI), excitation, lubrifications et douleurs (49), en dépit du fait que celles-ci continuaient à prendre le même antidépresseur à l’origine des symptômes sexuels indésirables. Il est donc clair que le safran offre une thérapie complémentaire puissante pour le traitement des effets secondaires d’ordre sexuel causés par les antidépresseurs.

Tous les effets secondaires des antidépresseurs

119 études ont été publiées, dans douze pays, ainsi que 99 avertissements concernant des médicaments, dans 10 pays, visant à faire savoir que les antidépresseurs peuvent avoir les effets secondaires indésirables suivants (6)(7)(8)(9)(10)(70) : saignements ou bleus anormaux, pensées anormales, agitation, agressivité, agitation sévère, angoisse, malformations congénitales, langue noire, vision trouble ou changements de vision, coma, confusion, constipation, crampes, fortes douleurs dans la poitrine, décès, diminution de la mémoire ou de la concentration, delirium, visions, dépression, diabète, diarrhée, difficultés à respirer ou à déglutir, vertiges ou évanouissements, bouche sèche, perte de sensibilité émotionnelle, fébrilité extrême, perte de connaissance, hallucinations, mal de tête, diminution du pouls, crises cardiaques, idées ou actes meurtriers, hostilité, hyperactivité, hypomanie, insomnie, lassitude, problèmes de foie, globules bancs sous-numéraires, euphorie maniaque ou réactions maniaques, perte de mémoire, changements d’humeur, spasmes musculaires, nausées, nervosité, syndrome malin des neuroleptiques, sueurs nocturnes, cauchemars, insensibilité des membres, crises de panique, paranoïa, priapisme, naissances prématurées, épisodes psychotiques, agitation, risque de cancer du sein, risque de chute, engourdissement, automutilation, crises épileptiques, syndrome sérotoninergique , maux de tête graves, raideurs musculaires graves, dysfonction sexuelle, manque de stabilité, marcher en traînant les pieds, élocution lente ou difficile, avortement spontané, apoplexie, pensées ou comportement suicidaire, comportement violent, prise de poids, symptômes de manque, peau ou yeux qui jaunissent.

Article écrit par Bart Maes

Sources:

  1. Available at: http://www.cdc.gov/features/dsdepression/. Accessed April 18, 2013.
  2. Swartz HA, Rollman BL. Managing the global burden of depression: lessons from the developing world. World Psychiatry. 2003 Oct;2(3):162-3.
  3. Grundmann M, Kacirova I, Urinovska R. Therapeutic monitoring of psychoactive drugs - antidepressants: A review. Biomed Pap Med Fac Univ Palacky Olomouc Czech Repub. doi: 10.5507/bp.2013.020. Epub 2013 Mar 21.
  4. Available at: http://www.cdc.gov/nchs/data/databriefs/db76.htm#about. Accessed April 18, 2013.
  5. Available at: http://www.consumerreports.org/health/resources/pdf/best-buy-drugs/Antidepressants_update.pdf. Accessed April 18, 2013.
  6. Available at: http://www.cchrint.org/psychiatric-drugs/antidepressantsideeffects/. Accessed April 18, 2013.
  7. Coupland C, Dhiman P, Morriss R, Arthur A, Barton G, Hippisley-Cox J. Antidepressant use and risk of adverse outcomes in older people: population based cohort study. BMJ. 2011 Aug 2;343:d4551.
  8. Reynolds GP, Kirk SL. Metabolic side effects of antipsychotic drug treatment—pharmacological mechanisms. Pharmacol Ther. 2010 Jan;125(1):169-79.
  9. Csoka A, Bahrick A, Mehtonen O-P. Persistent sexual dysfunction after discontinuation of selective serotonin reuptake inhibitors. J Sex Med. 2008;5:227-33.
  10. Montejo AL, Llorca G, Izquierdo JA, Rico-Villademoros F. Incidence of sexual dysfunction associated with antidepressant agents: a prospective multicenter study of 1022 outpatients. Spanish Working Group for the Study of Psychotropic-Related Sexual Dysfunction. J Clin Psychiatry. 2001;62 Suppl 3:10-21.
  11. Rai D, Lee BK, Dalman C, Golding J, Lewis G, Magnusson C. Parental depression, maternal antidepressant use during pregnancy, and risk of autism spectrum disorders: population based case-control study. BMJ. 2013 Apr 19;346:f2059. doi: 10.1136/ bmj.f2059.
  12. Byrne SE, Rothschild AJ. Loss of antidepressant efficacy during maintenance therapy: possible mechanisms and treatments. J Clin Psychiatry. June 1998;59(6):279-88.
  13. Freeman MP, Mischoulon D, Tedeschini E, et al. Complementary and alternative medicine for major depressive disorder: a meta-analysis of patient characteristics, placebo-response rates, and treatment outcomes relative to standard antidepressants. J Clin Psychiatry. 2010 Jun;71(6):682-8.
  14. Akhondzadeh S, Fallah-Pour H, Afkham K, et al. Comparison of Crocus sativus L. and imipramine in the treatment of mild to moderate depression: a pilot, double-blind randomized trial. BCM Comp Altern Med. 2004;4:12.
  15. Noorbala AA, Akhondzadeh S, Tahmacebi-Pour N, Jamshidi AH. Hydroalcoholic extract of Crocus sativus L. versus fluoxetine in the treatment of mild to moderate depression: a double-blind, randomized pilot trial. J Ethnopharmacol. 2005;97:281-4.
  16. Modabbernia A, Sohrabi H, Nasehi AA, et al. Effect of saffron on fluoxetine-induced sexual impairment in men: randomized double-blind placebo-controlled trial. Psychopharmacology (Berl). 2012;223(4):381-8.
  17. Akhondzadeh S, Tahmecebi-Pour N, Noorbala AA, et al. Crocus sativus L. in the treatment of mild to moderate depression: a double-blind, randomized and placebo-controlled trial. Phytother Res. 2005;19:148-51.
  18. Karimi G, Hosseinzadeh H, Khaleghpanah P. Study of antidepressant effect of aqueous and ethanolic of Crocus sativus in mice. Iranian J Basic Med Sci. 2001;4:11-5.
  19. Modrego PJ. Depression in Alzheimer’s disease. Pathophysiology, diagnosis, and treatment. J Alzheimers Dis. 2010;21(4):1077-87.
  20. Available at: http://www.nice.org.uk/nicemedia/live/13314/52599/52599.pdf. Accessed April 19, 2013.
  21. Available at: http://www.mayoclinic.com/health/generalized-anxiety disorder/DS00502/DSECTION=treatments-and-drugs. Accessed April 19, 2013.
  22. Available at: http://www.mayoclinic.com/health/obsessive-compulsive-disorder/DS00189/DSECTION=treatments-and-drugs. Accessed April 19, 2013.
  23. Available at: http://vitals.nbcnews.com/_news/2013/02/06/ 16872274-alzheimers-numbers-to-triple-by-2050-report-says?lite. Accessed April 19, 2013.
  24. Banerjee S, Hellier J, Romeo R, et al. Study of the use of antidepressants for depression in dementia: the HTA-SADD trial - a multicentre, randomised, double-blind, placebo-controlled trial of the clinical effectiveness and cost-effectiveness of sertraline and mirtazapine. Health Technol Assess. 2013 Feb;17(7):1-166.
  25. Akhondzadeh S, Sabet MS, Harirchian MH, et al. Saffron in the treatment of patients with mild to moderate Alzheimer’s disease: a 16-week, randomized and placebo-controlled trial. J Clin Pharm Ther. 2010 Oct;35(5):581-8.
  26. Akhondzadeh S, Shafiee Sabet M, Harirchian MH, et al. A 22-week, multicenter, randomized, double-blind controlled trial of Crocus sativus in the treatment of mild-to-moderate Alzheimer’s disease. Psychopharmacology (Berl). 2010 Jan;207(4):637-43.
  27. Kessler RC, Berglund P, Demler O, Jin R, Merikangas KR, Walters EE. Lifetime prevalence and age-of-onset distributions of DSM-IV disorders in the National Comorbidity Survey Replication. Arch Gen Psychiatry. Jun 2005;62(6):593-602.
  28. Pitsikas N, Boultadakis A, Georgiadou G, Tarantilis PA, Sakellaridis N. Effects of the active constituents of Crocus sativus L., crocins, in an animal model of anxiety. Phytomedicine. 2008 Dec;15(12):1135-9.
  29. Hosseinzadeh H, Noraei NB. Anxiolytic and hypnotic effect of Crocus sativus aqueous extract and its constituents, crocin and safranal, in mice. Phytother Res. 2009 Jun;23(6):768-74.
  30. Available at: http://www.mayoclinic.com/health/obsessive- compulsive-disorder/DS00189/DSECTION=symptoms. Accessed April 22, 2013.
  31. Georgiadou G, Tarantilis PA, Pitsikas N. Effects of the active constituents of Crocus sativus L., crocins, in an animal model of obsessive-compulsive disorder. Neurosci Lett. 2012 Oct 18;528(1):27-30.
  32. Dye L, Blundell JE. Menstrual cycle and appetite control: implications for weight regulation. Hum Reprod. 1997 Jun;12(6):1142-51.
  33. Available at: http://www.hyperphagia.com/hyperphagia-causes/. Accessed April 22, 2013.
  34. Adam TC, Epel ES. Stress, eating and the reward system. Physiol Behav. 2007;91:449-58.
  35. Alsiö J, Olszewski PK, Levine AS, Schiöth HB. Feed-forward mechanisms: addiction-like behavioral and molecular adaptations in overeating. Front Neuroendocrinol. 2012 Apr;33(2):127-39.
  36. Berthoud HR, Lenard NR, Shin AC. Food reward, hyperphagia, and obesity. Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol. 2011 Jun;300(6):R1266-77.
  37. Gout B, Bourges C, Paineau-Dubreuil S. Satiereal, a Crocus sativus L extract, reduces snacking and increases satiety in a randomized placebo-controlled study of mildly overweight, healthy women. Nutr Res. 2010 May;30(5):305-13.
  38. Available at: http://www.mayoclinic.com/health/weight-loss-drugs/WT00013/NSECTIONGROUP=2. Accessed April 22, 2013.
  39. Lee KU, Lee YM, Nam JM, et al. Antidepressant-induced sexual dysfunction among newer antidepressants in a naturalistic setting. Psychiatry Investig. 2010 Mar;7(1):55-9.
  40. Kapczinski F, Lima MS, Souza JS, Schmitt R. Antidepressants for generalized anxiety disorder. Cochrane Database Syst Rev. 2003;(2):CD003592.
  41. Available at: http://www.nice.org.uk/nicemedia/pdf/cg031niceguideline.pdf. Accessed April 22, 2013.
  42. Available at: http://www.guidelines.gov/content.aspx?id=9318+. Accessed April 22, 2013.
  43. Landen M, Eriksson E, Agren H, Fahlen T. Effect of buspirone on sexual dysfunction in depressed patients treated with selective serotonin reuptake inhibitors. J Clin Psychopharmacol. 1999; 19(3):268-71.
  44. Gupta S, Droney T, Masand P, Ashton AK. SSRI-induced sexual dysfunction treated with sildenafil. Depress Anxiety. 1999;9(4):180-2.
  45. Aizenberg D, Zemishlany Z, Weizman A. Cyproheptadine treatment of sexual dysfunction induced by serotonin reuptake inhibitors. Clin Neuropharmacol, 1995;18(4):320-4.
  46. Clayton AH, McGarvey EL, Abouesh AI, Pinkerton RC. Substitution of an SSRI with bupropion sustained release following SSRI-induced sexual dysfunction. J Clin Psychiatry. 2001;62(3):185-90.
  47. Woodrum ST, Brown CS. Management of SSRI-induced sexual dysfunction. Ann Pharmacother. 1998;32(11):1209-15.
  48. Feder R. Reversal of antidepressant activity of fluoxetine by cyproheptadine in three patients. J Clin Psychiatry. 1991;52(4):163-4.
  49. Kashani L, Raisi F, Saroukhani S, et al. Saffron for treatment of fluoxetine-induced sexual dysfunction in women: randomized double-blind placebo-controlled study. Hum Psychopharmacol. 2013 Jan;28(1):54-60.
  50. Shamsa A, Hosseinzadeh H, Molaei M, Shakeri MT, Rajabi O. Evaluation of Crocus sativus L. (saffron) on male erectile dysfunction: a pilot study. Phytomedicine. 2009;16(8):690-3.
  51. Hosseinzadeh H, Ziaee T, Sadeghi A. The effect of saffron, Crocus sativus stigma, extract and its constituents, safranal and crocin on sexual behaviors in normal male rats. Phytomedicine. 2008;15(6-7):491-5.
  52. Available at: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs297/en/nl. Accessed April 22, 2013.
  53. Available at: http://preventcancer.aicr.org/site/DocServer/E81-TLPW.pdf?docID=1861. Accessed April 22, 2013.
  54. Escribano J, Alonso GL, Coca-Prados M, Fernandez JA. Crocin, safranal and picrocrocin from saffron (Crocus sativus L.) inhibit the growth of human cancer cells in vitro. Cancer Lett. 1996;100(1-2):22-30.
  55. Chryssanthi DG, Lamari FN, Iatrou G, Pylara A, Karamanos NK, Cordopatis P. Inhibition of breast cancer cell proliferation by style constituents of different Crocus species. Anticancer Res. 2007;27(1A):357-62.
  56. Abdullaev JF, Caballero-Ortega H, Riverón-Negrete L, et al. In vitro evaluation of the chemopreventive potential of saffron. Rev Invest Clin. 2002;54(5):430-6.
  57. Abdullaev FI. Cancer chemopreventive and tumoricidal properties of saffron (Crocus sativus L.). Exp Biol Med. 2002;227:20-5.
  58. Nair SC, Salomi MJ, Pannikar. B, Pannikar KR. Modulatory effects of the extracts of saffron and Nigela sativa against cisplatinum induced toxicity in mice. J Ethnopharmacol. 1991;31:75-83.
  59. el Daly ES. Protective effect of cysteine and vitamin E, Crocus sativus and Nigella sativa extracts on cisplatin-induced toxicity in rats. J Pharm Belg. 1998 Mar-Apr;53(2):87-93; discussion 93-5.
  60. Hosseinzadeh H, Sadeghnia HR. Safranal, a constituent of Crocus sativus (saffron), attenuated cerebral ischemia induced oxidative damage in rat hippocampus. Jour Pharm Pharmaceut Sci. 2005;8(3):394-9.
  61. Assimopoulou AN, Sinakos Z, Papageorgiou VP. Radical scavenging activity of Crocus sativus L. extract and its bioactive constituents. Phytother Res. 2005 Nov;19(11):997-1000.
  62. Papandreou MA, Tsachaki M, Efthimiopoulos S, Cordopatis P, Lamari FN, Margarity M. Memory enhancing effects of saffron in aged mice are correlated with antioxidant protection. Behav Brain Res. 2011 Jun 1;219(2):197-204.
  63. Verma SK, Bordia A. Antioxidant property of saffron in man. Indian J Med Sci. 1998;52:205–7.
  64. Xuan B, Zhou YH, Li N, Min ZD, Chiou GC. Effects of crocin analogs on ocular blood flow and retinal function. J Ocul Pharmacol Ther. 1999 Apr;15(2):143-52.
  65. Yamauchi M, Tsuruma K, Imai S, et al. Crocetin prevents retinal degeneration induced by oxidative and endoplasmic reticulum stresses via inhibition of caspase activity. Eur J Pharmacol. 2011 Jan 10;650(1):110-9.
  66. Maccarone R, Di Marco S, Bisti, S. Saffron supplement maintains morphology and function after exposure to damaging light in mammalian retina. Invest Ophth Visual. 2008 Mar;49(3):1254-61.
  67. Falsini B, Piccardi M, Minnella A, et al. Influence of saffron supplementation on retinal flicker sensitivity in early age-related macular degeneration. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2010 Dec;51(12):6118-24.
  68. Moghaddasi MS. Saffron chemicals and medicine usage. Jour Med Plants Res. 2010 Mar 18;4(6):427-30.
  69. Hosseinzadeh H, Nassiri-Asl M. Avicenna’s (Ibn Sina) the Canon of Medicine and caffron (Crocus sativus): A Review. Phytother Res. 2013 Apr;27(4):475-83.
  70. Available at: http://www.fdable.com/basic_query/aers/08ced09907b9a949e92270776a382535. Accessed April 22, 2013.

 

Gula Java Safran
Gula Java Safran
  • Bien-être + énergie
  • Safran Slow Food de la meilleure qualité (ISO 1) de Jiloca, Espagne
Plus d'info + acheter
Résoudre les troubles sexuels avec safran Le safran est un puissant catalyseur de bonne humeur  Adieu dépression et burn-out, adieu antidépresseurs! Le Jiloca, un affluent du fleuve Ebro, arrose Monreal del Campo. Efficacité du safran contre la boulimie et la compulsion alimentaire Safran Amanprana: une qualité supérieure à la catégorie 1