home fr
achetez où?

Utilisation médicale du safran à travers l’histoire

Je trouve cette poudre super originale, moi qui n'avais jamais pensé consommer du Safran dans une boisson ! Il est possible de mélanger la poudre dans du lait chaud ou froid. Personnellement, j'ai une préférence pour le lait de soja chaud... Le mélange est vraiment savoureux !

Stellina Huvenne, Thérapeute et Lifecoach, dans une critique sur son blog help-yourself.eu, France
Safran pour l'estomac, les yeux, dents, inflammations, dépressions, …

Safran pour l’estomac, les yeux, dents, inflammations, dépressions, …

Depuis longtemps, le safran est utilisé dans différentes cultures comme plante médicinale. Les Mésopotamiens et les Grecs utilisaient le safran comme remède contre les maux d’estomac. En cas de saignements d’estomac, la recette suivante était préconisée: graisse de bœuf, safran, coriandre, myrte et bois d’agar. (Secrets of Saffron, the vagabond life of the world's most seductive spice, Pat Willard, p34-35)

Dans l’Iliade, Homère parle déjà du safran, sous le nom de Krocoz, et fait référence à l’utilisation du safran en tant que remède et parfum. Et comme certains autres auteurs le confirment, durant les bacchanales (beuveries romaines), on jetait du safran sur le sol parce que l’arôme contribuait à désinhiber les hôtes.

En Égypte, l’on soignait les problèmes dentaires et oculaires avec du safran. On versait par exemple dans l’œil du safran dissout dans de l’eau pour soigner la cataracte. Pour renforcer les dents, on mangeait le Crocus sativus en entier. (Secrets of Saffron, the vagabond life of the world's most seductive spice, Pat Willard, p36)

Dioscoride disait aussi: « Le safran stimule la volupté. Appliqué sur une compresse, il soulage les inflammations comme le feu de Saint Antoine » (il fait ici allusion à l’herpès zoster ou zona).

Les Perses utilisaient du safran comme aphrodisiaque ; ils le mélangeaient à la nourriture pour apaiser l’esprit et chasser la mélancolie ou la morosité. (Secrets of Saffron, the vagabond life of the world's most seductive spice, Pat Willard, p41). Les Perses étaient convaincus que le safran pouvait faire disparaître la dépression, la morosité ou la mélancolie. Selon eux, le safran a également des propriétés anesthésiantes. (Secrets of Saffron, the vagabond life of the world's most seductive spice, Pat Willard, p105). Les Perses utilisaient aussi cet or jaune contre les fortes diarrhées (dysenterie) et la rougeole.

Alexandre le Grand utilisait presque une tasse de safran par jour. Il prenait un bain de safran lorsqu’il était blessé ou avait les articulations douloureuses. (Secrets of Saffron, the vagabond life of the world's most seductive spice, Pat Willard, p54 & 59).

Cléopâtre prenait des bains de lait au safran. « Le safran améliore le plaisir », affirmait la reine d’Égypte. « Il détend les lombes pour davantage de sensibilité. » Cléopâtre utilisait presque une tasse remplie de safran, dissout dans de l’eau chaude. Elle restait dans son bain de safran tant qu’il était chaud. Pour Cléopâtre, il n’y avait pas de doute : le safran améliore la jouissance lors des rapports sexuels. (Secrets of Saffron, the vagabond life of the world's most seductive spice, Pat Willard, p55)

Le safran soulage la douleur et soignait la rougeole, la variole, la syphilis et la goutte.

Le safran soulage la douleur et soignait la rougeole, la variole, la syphilis et la goutte.

Au Moyen Âge, le safran était utilisé contre la peste noire. De nombreux docteurs cherchaient leur salut dans les livres arabes. Ils purifiaient leurs maisons en répandant du safran au sol ou en le faisant s’évaporer dans une solution d’huile ou d’eau. Elisabeth, comtesse de Kent, y croyait dur comme fer. (Secrets of Saffron, the vagabond life of the world's most seductive spice, Pat Willard, p97). Étant donné sa couleur jaune, le safran fut utilisé en Europe comme remède contre la jaunisse par les adeptes de la « Théorie des signatures ». En Orient, le safran était habituellement utilisé pour soigner les dépressions légères ; il était connu comme stimulant du bonheur et de la connaissance.
En Angleterre, au Moyen Âge, le safran était considéré comme un remède. À cette époque, l’Angleterre a connu de nombreux fléaux. Le safran soulageait la douleur et soignait la rougeole, la variole, la syphilis et la goutte. (Secrets of Saffron, the vagabond life of the world's most seductive spice, Pat Willard, p121). La phtisie était plus supportable après avoir consommé de la soupe au safran. Une recette de vin blanc avec beaucoup de safran était le remède parfait contre les spasmes et les crampes. En Angleterre, on reconnaissait aussi au safran des vertus cardiaques ; il soulageait le cerveau et dissipait les contrariétés de l’esprit. En Angleterre, le safran était par ailleurs, au Moyen Âge, le Prozac d’aujourd’hui : Il agissait contre la dépression et le sentiment d’abattement. « Une fois que les substances actives du safran ont atteint le cœur, elles provoquent rire et joie. » La prescription de safran contre la dépression était courante et familière auprès de la population. (Secrets of Saffron, the vagabond life of the world's most seductive spice, Pat Willard, p121-124)

En Orient également, le safran était considéré comme très précieux, et était principalement utilisé en médecine populaire en Inde et au Tibet. Le safran entrait dans la composition de pilules stimulantes composées de noix de muscade, cardamone, clou de girofle, cannelle, gingembre, poivre noir et musc ; vu la nature des ingrédients, on peut parler de pilules aphrodisiaques. De nos jours encore, ces pilules sont considérées par les bouddhistes tibétains comme le plus beau cadeau qui soit. Au Tibet, le safran entre également souvent dans la composition de l’encens médicinal. Le safran est par ailleurs considéré comme un tonifiant pour le cœur et le système nerveux. En Inde, au Tibet et en Chine, le safran a également été utilisé pour colorer en jaune/orange les tenues des Hindous et moines bouddhistes. C’est la crocine du safran, soluble dans l’eau, qui donne au safran sa couleur unique. La couleur jaune du safran des Indes (ou curcuma), meilleur marché, s’en approche, mais n’est pas exactement pareille.

En médecine traditionnelle chinoise, le safran est utilisé pour ses propriétés anti-inflammatoires. Le safran est également utilisé comme remède contre les maux d’estomac, comme calmant en cas de crampes et d’asthme, ou encore pour traiter les bleus.

Au Maroc, le safran est utilisé pour éviter les douleurs lors de la poussée des premières dents chez les enfants (usage externe : effet calmant sur la muqueuse de la gencive). La gencive des enfants est enduite d’un mélange antiseptique naturel de miel et de safran à l’aide d’une bague en or.

En France, le thé ou le lait au safran sont un remède de grand-mère pour soulager les douleurs menstruelles chez les jeunes filles. En gynécologie également, le safran est recommandé pour traiter les règles douloureuses ou irrégulières et pour stimuler l’utérus. En France, le safran a longtemps été utilisé pour soulager toutes sortes de maux. Aujourd’hui, on utilise encore le fameux sirop DELABARRE pour éviter ou apaiser les douleurs des premières dents.

Le safran est encore souvent utilisé par les pharmaciens de nos jours dans les préparations oculaires (gouttes oculaires et collyres).

Étant donné la base amère du safran, l’épice stimule le fonctionnement de l’estomac tandis que la crocétine a un effet bénéfique sur le cholestérol. Le safran peut également soigner les maladies infectieuses, car il purifie et désengorge le foie. Le safran est un vrai cadeau de Mère Nature. Il mérite incontestablement son nom de superaliment.

 

 

Gula Java Safran
Gula Java Safran
  • Bien-être + énergie
  • Safran Slow Food de la meilleure qualité (ISO 1) de Jiloca, Espagne
Plus d'info + acheter
Le safran étant très cher, la fraude est fréquente Le safran est également utilisé comme remède contre les maux d'estomac, comme calmant en cas de crampes et d'asthme, ou encore pour traiter les bleus. Le safran en cuisine : plats traditionnels au safran