home fr
achetez où?

Des procédés de mise à mort douloureux pour les poissons

Des procédés de mise à mort douloureux pour les poissons

La manière dont les poissons sont tués détermine en grande partie le degré de souffrance. La mise à mort des poissons n'est pas légalement réglementée à l'heure actuelle.

L'asphyxie

Des procédés de mise à mort douloureux A l'inverse de ce que pensent beaucoup de personnes, un poisson ne meurt pas rapidement lorsqu'il est mis au sec. A titre d'exemple, les harengs n'étouffent qu'après 35 minutes, le cabillaud et le merlan après 60 minutes environ. Les soles et les plies résistent encore plus longtemps, elles ne succombent qu'après environ 4 heures.

L'ecôtage

L'écôtage consiste à ouvrir le poisson vivant, afin d'ôter les organes et le sang. Cependant, ce procédé ne tue pas instantanément le poisson. Les harengs, les soles et les limandes peuvent y survivre respectivement 10, 30 et 35 minutes. Les plies peuvent tenir maximum 50 minutes.

L'asphyxie conjuguée à l'écôtage

Cette méthode de mise à mord implique que le poisson étouffe tout d'abord pendant 7 à 20 minutes à l'air libre, sans mourir puisque leur cerveau demeure intact. Ensuite, alors qu'ils sont toujours vivants, leurs organes et leur sang est extrait. Ils agonisent encore pendant 10 à 30 minutes, avant de mourir.

L'énuquage

Ce procédé de mise à mort est appliqué tout particulièrement aux anguilles. Elles sont tranchées derrière la tête, de manière à couper la moelle épinière. L'apport d'oxygène demeure intact, maintenant l'animal en vie. Lorsque l'animal est alors ouvert pour le défaire de ses organes, il est possible qu'il soit encore conscient.

La reptation jusqu'à la mort

Des procédés de mise à mort douloureux Cette méthode consiste à verser du sel sur l'anguille vivante, afin de procéder au démucilaginage de la peau. L'anguille bouge énergiquement comme pour nager, afin d'échapper au sel. Le bain de sel a le même effet sur l'anguille, que les brûlures sur le corps humain. En outre, le sel endommage les branchies. Il s'agit donc de procéder particulièrement douloureux. Lorsque l'anguille finit par s'immobiliser, elle n'a pas encore rendu l'âme, mais est ouverte pour lui enlever ses organes. Malheureusement, il existe encore des pêcheurs à l'anguille qui tuent leurs poissons à l'aide d'un bain de sel. Ce faisant, ils récoltent davantage de filet, puisqu'il y a moins de taches de brûlures. Dans les entreprises de plus grande taille, l'anguille est tuée mécaniquement, à l'aide de chocs de courant. Parfois, les poissons ne sont pas tués du tout, on en découpe tout simplement les parties à consommer, pour jeter les restes à la mer. Les ailes de requins n'en sont qu'un exemple. Il est grand temps pour les autorités d'intervenir et de poser des exigences quant aux méthodes de mise à mort.