home fr
achetez où?

Pour éviter l'intoxication alimentaire, ne mangez pas de crevettes et de sprat. Ils sont remplis de plastique, de la bactérie E. coli et d'autres porteurs de maladies

Les crevettes peuvent causer une intoxication alimentaire, sont remplies de plastique et probablement de bactéries E. coli

Le plastique dans nos mers, lacs, rivières et océans n'est pas seulement un pur problème de plastique, mais il entraîne souvent avec lui son plein de bactéries et de produits chimiques. L'Institut de recherche de l'Agriculture et de la Pêche belge (ILVO) examine l'ampleur du problème et tente de trouver de nouvelles méthodes pour lutter contre l'importante pollution par le plastique. Ils ont trouvé non moins de 250 types de produits chimiques différents dans le plastique qu'ils ont récupérés de la mer et toutes sortes de bactéries potentiellement très pathogènes.

Le sprat et les crevettes avalent le plastique et sont porteurs de maladies, pleins de poison et de bactéries

Les animaux qui ingèrent les différents plastiques, dont principalement le sprat et les crevettes, sont particulièrement exposés à des substances toxiques et à des maladies. Et cela a un effet sur toute la chaîne alimentaire. Chaque année, près de 20.000 tonnes de déchets parviendraient dans la mer du Nord. La majeure partie est constituée de plastique qui flotte à la surface, est rejeté ou coule dans le fond de la mer. Mais de nombreux plastiques, à savoir les microplastiques, provenant par exemple des gommages ou de l'industrie, ne sont pas bons. Et ces derniers semblent agir comme des aimants pour les produits chimiques et les bactéries.

Le sprat et les crevettes pleines de bactéries, notamment E. Coli Crevettes et sprat pollués, pleins de microplastiques, de bactérie E. coli, Vibrio et de bactéries hospitalières

Pourquoi nos crevettes et sprats sont aujourd'hui tellement pollués ? Des recherches ont révélé que 63% des crevettes et 9% des sprats pêchés dans la Mer du Nord contiennent des micro-plastiques. Durant leur digestion, les animaux marins ingèrent les produits chimiques et les bactéries sur lesquels se trouvent les microplastiques. Ceux-ci peuvent contenir des bactéries Escherichia coli (qui peuvent provoquer une péritonite), Vibrio (responsable d'intoxications alimentaires) et Pseudomonos (une bactérie d'hôpital nuisibles), pathogènes potentiels et ailleurs que dans le reste de l'eau de mer ou au fond de la mer.

Les effets des microplastiques ne sont pas encore certains, mais la prévention est examinée

Bien que les effets des microplastiques, y compris leurs produits chimiques et bactéries, font toujours l'objet d'une étude, on se penche aujourd'hui sur la prévention à cet égard. L'ILVO entend investir dans le développement de moyens visant à réduire la pollution plastique autant que possible. Ainsi, de nouveaux matériaux plus naturels pour les filets sont étudiés. Tel que, par exemple, le chanvre, le lin ou le sidal qui sont tous biodégradables. Il en va de même pour les matières plastiques bio, qui devraient être biodégradables dans la mesure du possible. Par exemple, la kératine, présente dans les plumes de poulet, est déjà utilisée dans diverses applications plastiques. En outre, l'enlèvement du plastique déjà présent dans la mer fait aussi partie des points d'attention. L'institut recherche aussi des bactéries permettant la biodégradation du plastique. Ils analysent certaines caractéristiques de ces bactéries et sont convaincus que les premiers essais de biodégradation du plastique dans la mer pourront prochainement être réalisés.

Mais une bonne nouvelle: le Canada et les États-Unis interdisent les microbilles. Les fabricants suivent

Fort heureusement, il y a également une bonne nouvelle: l'utilisation de microplastiques, par exemple dans les gommages corporels, sera probablement bientôt interdite dans la plupart des pays du monde. Aux États-Unis, par exemple, où huit états ont déjà interdit l'utilisation de microplastiques, ainsi qu'au Canada, une interdiction totale est mise sur pied. Les Pays-Bas veulent appliquer l'interdiction en 2017 et la plupart des grands fabricants de cosmétiques ont déjà convenu d'un arrêt complet de l'utilisation des microplastiques.

Les crevettes sont une source de bactéries et sont polluées de plastique tels que le microplastique Les filets des pêcheurs, pleins de bactéries et de plastique polluant