home fr
achetez où?

Le thon est surexploité, toxique et menacé d'extinction. Protégez le thon.

Protégez le thon avec Amanprana et Seafirst

Que pouvez-vous faire?

Surfez sur le site de Seafirst et soutenez leur action pour la sauvegarde du thon. Faites un don à www.seafirst.be.
Surfez sur le site de Seafirst + www.tunafree.be et soutenez leur action pour la sauvegarde du thon. Faites un don à www.seafirst.be. Arrêtez de consommer du thon en boîte. Arrêtez de manger des sushis et des sashimis de thon. N'achetez plus de nourriture pour chats ou chiens contenant du thon.

Film: Sauvez le thon

Qu'aimerions-nous voir?

1. Ne mangez plus de thon. C'est mieux pour la survie de l'espèce et pour la santé.
2. Faites un don à Seafirst afin de soutenir leur action pour la conservation du thon sauvage menacé d'extinction.
3. Une interdiction totale de pêche pendant 10 ans ou au moins entre mai et juillet, pendant la période de reproduction.
4. Suppression des subventions à la pêche et du subventionnement de la flotte thonier.
5. Arrêt de la pêche à la senne coulissante (purse seine net) où des thons trop petits sont capturés aux fins d'élevage.
6. Arrêt des fermes d'élevage de thon
7. Réduire la flotte thonière de 70 %.

Le thon est un chasseur dont la vitesse de nage peut atteindre 80 km/h.

Le thon rouge menacé d'extinction contient des concentrations de mercure dangereusement élevées.
Le thon est un poisson à nageoires rayonnées (actinoptérygiens) faisant partie de la famille des perches (perciformes) et des maquereaux (scombridés). Son nom latin est « thunnus ». Le thon peut atteindre une vitesse de pointe de 80 km/h. Ses muscles rouges lui garantissent une extraordinaire endurance. Grâce à un système de régulation thermique, le thon rouge (bluefin) est capable d'adapter sa température interne aux eaux dans lesquelles il évolue. Les thons sont des prédateurs qui se nourrissent de maquereaux, de calmars, de harengs et de méduses. On les retrouve dans l'Océan Atlantique, dans la Mer Méditerranée, dans l'Océan Pacifique et parfois dans la Mer du Nord.

 

Le thon est un poisson à nageoires rayonnées (actinoptérygiens) faisant partie de la famille des perches (perciformes) et des maquereaux (scombridés). Son nom latin est « thunnus ». Le thon peut atteindre une vitesse de pointe de 80 km/h. Ses muscles rouges lui garantissent une extraordinaire endurance. Grâce à un système de régulation thermique, le thon rouge (bluefin) est capable d'adapter sa température interne aux eaux dans lesquelles il évolue. Les thons sont des prédateurs qui se nourrissent de maquereaux, de calmars, de harengs et de méduses. On les retrouve dans l'Océan Atlantique, dans la Mer Méditerranée, dans l'Océan Pacifique et parfois dans la Mer du Nord.

Il existe plusieurs sortes de thon, mais elles sont toutes menacées à cause de la surpêche.

Vers 1940, on pêchait environ 300 000 tonnes de thons par an, et ce, généralement à la ligne et à l'hameçon. En 2010, pas moins de 4 000 000 de tonnes de thons ont été capturés, principalement à la senne coulissante (purse seine nets). 68 % des thons sont pêchés dans l'Océan Pacifique (Pacifique Sud), 22 % dans l'Océan Indien et 10 % dans l'Océan Atlantique et en Méditerranée. La bonite à ventre rayé (slipjack) représente 60 % de la prise, le thon jaune (yellowfin) 24 %, le thon obèse à gros œil 10 %, le germon (albacore) 5 % et le thon rouge, plus que 1 à 2 %. La survie du thon rouge méridional et du thon rouge septentrional est particulièrement menacée. Le thon obèse et le thon à nageoires jaunes sont fortement surpêchés. Le thon Tongol, le thon noir et le thon blanc ou germon (albacore) sont surpêchés. Chaque année entre mai et juin, le thon atlantique migre en grands groupes vers la Méditerranée pour se reproduire (frayer). Cela fait 2000 ans que l'on sait que le thon y est alors très facile à capturer. Mais la pêche industrielle est responsable de la disparition des grands thons. En vingt ans à peine, elle a en effet détruit une tradition de pêche millénaire. Dans son ensemble, la population des thons rouges connaît un effondrement historique et ne représente plus que 10 % de ce qu'elle était il y a cinquante ans. Les plus grands thons ne pèsent plus que 300 kg alors qu'ils faisaient 900 kg à l'époque. En 2010, le poids moyen se situe entre 40et 80 kg. La surcapacité de la flotte thonier elle-même est de 400 %. Par rapport à ce que la pêche durable permet, il y a donc quatre fois trop de navires industriels qui pêchent le thon. Jusque dans les dernières zones de reproduction de la Mer Méditerranée, le thon est traqué à l'aide de bateaux toujours plus modernes, équipés d'un système de détection de haute technologie et dotés d'une capacité de prise croissante. En dépit de l'interdiction internationale, de petits avions procèdent rapidement et efficacement au repérage des thons. Aucun poisson n'a ainsi une chance de s'échapper. La pêche au thon illégale et non répertoriée constitue un grave problème supplémentaire bien connu.

Cela fait déjà longtemps que le thon fait l'objet d'une surpêche intensive. Cette espèce piscicole vaut des milliards sur le marché noir. Les pêcheurs n'ont aucun d'état d'âme à dépasser les quotas imposés.
pijlCela fait déjà longtemps que le thon fait l'objet d'une surpêche intensive. Cette espèce piscicole vaut des milliards sur le marché noir. Les pêcheurs n'ont aucun d'état d'âme à dépasser les quotas imposés.

Surconsommation de thon rouge et des autres sortes de thon

Le thon rouge ou thon géant est principalement consommé en sushi et en sashimi. Les sushis et sashimis sont la principale cause du risque d'extinction qui menace le thon rouge. La surpêche a octroyé au thon le statut d'espèce « gravement menacée d'extinction ». La demande est en hausse constante. Le Conso-guide Poissons* donne des informations actuelles sur les espèces non menacées dont la pêche durable est autorisée. Le thon rouge figure sur la liste rouge. Aucune sorte de thon ne figure plus sur la liste verte. Plus de 85 pour cent du thon européen est acheminé vers le Japon. Pour les connaisseurs, le thon d'élevage est, d'un point de vue gustatif, nettement moins bon . Une piètre qualité à prix bas. Il s'agit de l'ingrédient de base pour la production en masse de sushis et de sashimis pour les grandes surfaces et restaurants bon marché. C'est précisément cette exportation massive de thons vers le Japon qui, selon les scientifiques, les organisations pour la protection de la nature et de l'environnement, les marchands et les poissonniers spécialisés, sonne le glas de l'espèce. Ces dernières semaines, les nouvelles en provenance du grand marché aux poissons de Tsukiji à Tokyo et d'autres filières piscicoles japonaises confirment l'imminence de la catastrophe. Le thon rouge frais des fermes d'élevage implantées dans la Méditerranée horrifie l'expert thonier espagnol Roberto Mielgo. Depuis son lieu de travail à Malte, il énumère avec colère et un désespoir croissant les données japonaises. « Ici, un thon de 33 kilos venant de Tunisie, un de 49 kilos venant d'Espagne et voici encore un de 28 kilos : tous en dessous du poids minimum autorisé ! Lorsque je travaillais en Libye et en Tunisie, les poissons pesaient en moyenne 250 kilos. Et maintenant ceci. C'est le coup de grâce. »

Le thon est toxique

La chair du thon rouge contient un taux élevé de mercure et d'autres métaux toxiques qui nuisent à notre santé. Le thon est un prédateur rapide qui se situe au sommet de la chaîne alimentaire marine. Plus un poisson est au bout de la chaîne alimentaire, plus il est toxique à manger. Bon nombre d'organisations, dont la FDA américaine, déconseillent fermement aux femmes enceintes, aux mères qui allaitent et aux enfants de n'importe quel âge de manger du thon. Les thons contaminés sont en plus une importante cause de pollution bactérienne dans notre propre chaîne alimentaire. Si leurs valeurs se situent parfois en dessous de la norme maximale autorisée, ils ne sont jamais totalement exempts de pollution. Selon la Commission européenne, la façon la plus simple d'ingurgiter moins de PCB et de dioxines consiste à diminuer ou à arrêter la consommation de poisson et d'huile de poisson. La contamination des thons et des autres grands poissons prédateurs est terrifiante pour la santé. Des chercheurs de l'Université d'Illinois ont par exemple remarqué que les consommateurs de poissons ayant des taux élevés de PCB dans le sang avaient des difficultés à retenir des choses qu'ils avaient apprises 30 minutes plus tôt. Des doses élevées de dioxines particulièrement toxiques, de métaux lourds, comme le cadmium, le plomb, l'arsenic et le mercure, de tributyline (une substance hautement toxique utilisée comme biocide et rentrant dans la composition des peintures de bateaux), de PCB (biphényle PBB, de PBDE, de PBDD, de PBDF, de POP, de résines furanniques, de la substance radioactive strontium 90, de pesticides comme le DDT et la dieldrine, et oui, même de retardateurs de flammes ont été retrouvés chez les thonidés. Bon nombre de ces toxines s'accumulent dans la graisse. Plus le poisson est grand et plus il se situe au sommet de la chaîne alimentaire, plus il est pollué. C'est pour cette raison que le thon est souvent très pollué. Lorsque nous consommons du thon, cette mixture de substances est stockée dans notre corps (souvent dans les dépôts de graisse) et elle y demeure durant les années qui suivent. Au fil du temps, ces substances nocives attaquent notre système hormonal, peuvent provoquer un cancer, affecter notre système immunitaire, intoxiquer notre foie, endommager notre cerveau et nos reins et perturber le développement des enfants. Ces substances ne sont pas uniquement dangereuses pour notre propre corps, nous les transmettons aussi à nos bébés. Les activités humaines introduisent dans les eaux marines 63 000 produits chimiques, de nombreux métaux lourds, des déchets radioactifs, des matières plastiques et leurs xéno-oestrogènes, plus de 200 PCB et 200 dioxines.

Le thon vaut des milliards sur le marché noir La réglementation du commerce du thon désastreux et on choisit souvent de fermer les yeux.
pijlTout le monde triche. C'est un peu comme sur la route : lorsque je sais qu'il n'y a pas de policiers dans les environs, je m'autorise à rouler plus vite. pijlLa réglementation du commerce du thon désastreux et on choisit souvent de fermer les yeux.


Les poissons nagent dans toute cette pollution qu'ils absorbent par leurs branchies. Les petits poissons mangent du plancton pollué. Une grande partie de cette pollution est stockée dans la graisse du poisson. Les plus grands poissons mangent les plus petits. Plus le poisson est grand, plus le stockage de substances toxiques est important. Le thon est par exemple plus pollué que les sardines. Étant donné qu'une grande partie de cette pollution demeure stockée dans le thon, elle ne fait qu'augmenter au fil des ans, jusqu'à ce que le poisson soit finalement mangé par l'homme. Ce dernier récolte donc en fait ce qu'il a semé. En consommant du thon, l'homme réabsorbe la pollution qu'il a causée et dont il est responsable. Les salades de thon, le thon en boîte, les sushis et sashimis de thon.

La consommation de grands poissons prédateurs est la principale source d'intoxication au mercure chez l'homme. Les symptômes de l'intoxication mercurielle sont, entre autres, des démangeaisons, des rougeurs cutanées, des oedèmes et une fréquence cardiaque continuellement trop élevée. Une intoxication mercurielle grave peut entraîner la perte des cheveux, des dents et des ongles, ainsi que des troubles rénaux et différentes formes d'amnésie.

Des sushis toxiques à base de thon menacé d'extinction:
on ne peut pas faire pire

La concentration de mercure dans le thon rouge est dangereusement élevée. La variété de sushi la plus chère, à base de thon rouge gravement menacé d'extinction, est toxique. Des chercheurs américains de l'Université de Colombie aux États-Unis on trouvé des concentrations de mercure élevées dans une centaine d'échantillons de sushis provenant de 54 restaurants. L'utilisation d'une technique de code-barres ADN leur a permis de déterminer le taux de toxicité d'un sushi, en fonction de l'espèce piscicole. Plus le thon est grand, plus la pollution mercurielle est importante. À base de thon rouge, l'akami, la variété de sushi la plus coûteuse, contient le taux de mercure le plus élevé. La quantité moyenne de mercure présente dans une seule portion d'akami excédait déjà largement la concentration maximale sécuritaire de mercure pouvant être absorbée par jour, comme elle a été fixée par diverses organisations, comme la Commission européenne et l'Organisation mondiale de la santé (WHO). Quelques échantillons se sont même avérés contenir presque le double de la quantité autorisée. Cinq différentes sortes de thon entrent dans la composition des sushis : le thon rouge du Sud (Thunnus maccoyii), le thon oriental (Thunnus orientalis), le thon rouge (Thunnus thynnus), le thon obèse (Thunnus obesus) et le thon jaune (Thunnus albacares). De ces cinq espèces, le thon rouge du Sud et le thon rouge sont celles qui sont les plus directement menacées d'extinction.

Au Japon, le thon constitue un met très prisé. L'akami, la variété de sushi à base de thon rouge la plus coûteuse (devant, à droite), contient la plus haute concentration de mercure.
pijlAu Japon, le thon constitue un met très prisé. pijlL'akami, la variété de sushi à base de thon rouge la plus coûteuse (devant, à droite), contient la plus haute concentration de mercure.

Jacob H. Lowenstein e.a., « DNA barcodes reveal species-specific mercury levels in tuna sushi that pose a health risk to consumers », in Biology Letters, 21 avril 2010.

Film: Couper du thon rouge méridional pour sushi

Le thon en tant qu'indicateur de l'état piscicole et de l'écosystème des océans

Selon les experts, le thon jaune et le thon obèse pourraient être commercialement éteints dans les trois à cinq ans à venir si la pêche n'est pas dument contrôlée. Il ne restera peut-être bientôt que des bâtonnets de poisson à consommer comme une délicatesse rare. Les principaux grands prédateurs — un indicateur important de la santé d'un écosystème — disparaissent en effet à une vitesse terrifiante. La pêche industrielle de grande envergure, qui a commencé dans les années 1950, a vidé les océans de près de 90 pour cent des grands poissons très prisés par certains, tels que le thon, l'espadon, le marlin, la morue, le flétan, la raie et la plie. Cet épuisement peut causer une importante modification des écosystèmes océaniques, étant donné que de gros poissons à haute valeur commerciale sont remplacés par de petites espèces qui se nourrissent de plancton. Au cours de ce siècle-ci, les méduses pourraient bien remplacer les poissons dans nos assiettes.

Consommation de thon et scombrotoxisme (empoisonnement histaminique)

Dans les pays du sud où la pêche au thon est intensivement pratiquée, le climat chaud favorise la formation d'histamine d'origine essentiellement microbienne (entérobactéries), et ce, directement après la prise. Il est apparu du reste que la cuisson, le poêlage ou la congélation du poisson ne diminue en rien la concentration de l'histamine déjà présente. L'intoxication alimentaire due à la consommation de scombridés se caractérise par les symptômes suivants, qui apparaissent très rapidement après l'ingestion : diarrhée, bouffées de chaleur, transpiration, érythème, nausées, vomissements, céphalée, maux d'estomac, palpitations, syndrome de la bouche brûlante, gonflement du visage, urticaire, fièvre, étourdissements, sensation d'oppression, hypotension et très rarement, un état de choc. Les symptômes, qui se manifestent quelques minutes à quelques heures après la consommation du poisson « avarié », ils durent 24 h au maximum. Un fait surprenant est que le goût du thon n'est d'aucune manière affecté. Un poisson frais contenant moins de 1 mg d'histamine par 100 g ne peut pas provoquer de scombrotoxisme, qui requiert une certaine altération du poisson. La température optimale pour la croissance bactérienne se situe entre 20 et 30°C. Les scombridés contiennent des taux d'histine naturellement élevés. Lorsque le poisson, après avoir été pêché, est conservé à une température trop élevée, l'histine présente dans ses muscles se transforme en histamine par l'action des entérobactéries décarboxylantes intestinales. Après avoir été ingérée par l'homme, l'histamine est normalement décomposée sous l'effet du N. méthyltransférase et de la diamine oxydase (DAO). Lorsque la quantité d'histamine ingérée est particulièrement élevée (scombrotoxisme), ou lorsque le patient présente une activité DAO naturellement basse, et par conséquent un niveau de tolérance diminué, des manifestations cliniques peuvent être observées. Les patients en traitement inhibiteur de la diamine oxydase, comme l'isoniazide, sont également plus sensibles au scombrotoxisme.

Une intoxication alimentaire après la consommation du thon
pijlQuand le thon après la capture est conservé à des températures élevées, il peut résulter d'une intoxication alimentaire au consommateur

 

La majeure partie de l'histamine est formée dans les tissus musculaires du poisson entourant les intestins. À partir de là, elle se propage dans le reste du poisson. Cela explique pourquoi, en dehors d'une éventuelle différence de niveau de tolérance, des personnes ayant consommé des morceaux d'un même thon peuvent développer des symptômes d'intensité variables ou parfois, n'avoir aucune plainte médicale. Il est apparu que l'intoxication à l'histamine n'est pas uniquement due à la consommation de scombridés, comme du thon, du maquereau, du listao et de la bonite, mais qu'elle peut également avoir lieu à la suite de la consommation de non-scombridés plus exotiques, comme la coryphène (mahi-mahi), le tassergal (bluefish) et la sériole à ceintures (amberjack) et même, de hareng, de sardine, d'anchois et de certaines sortes de fromages. Malgré le fait que la plupart des cas décrits soient dus à la consommation de poisson, le terme « scombrotoxisme » constitue peut-être une dénomination trop limitative et il serait préférable d'opter pour le terme « intoxication à l'histamine ». Au sein de l'Union européenne, la norme relative au taux d'histamine autorisé dans une partie des scombridés et dans plusieurs autres sortes de poissons, parmi lesquels le hareng, a été fixée à un taux moyen n'excédant pas 100 ppm, et ce, dans le cadre d'une analyse de 9 échantillons, où deux échantillons au maximum peuvent présenter une concentration située entre 100 et 200 ppm. Aucun échantillon ne peut avoir une concentration de plus de 200 ppm.

Film: L'histoire du thon rouge

Le thon et ses importantes captures accessoires

Des requins, des tortues de mer et 300 000 oiseaux marins sont tués chaque année en tant que prises accessoires de la pêche au thon. Les organisations oeuvrant pour la protection de la nature, le milieu d'affaires et les autorités publiques le savent. Afin de réduire les prises accessoires, les hameçons en J des palangres ont été remplacés par des hameçons circulaires. Mais cela ne suffit pas pour que les captures accessoires ne dépassent pas 40 %.

Un grand thon jaune qui est coupé en morceaux. Sur le marché de Tsukiji à Tokyo, lors de la première criée de 2011, un montant record de 300 000,00 euros a été déboursé pour un thon
pijlUn grand thon jaune qui est coupé en morceaux. Selon les experts, le thon jaune et le thon obèse pourraient être commercialement éteints dans les trois à cinq ans à venir si la pêche n'est pas dument contrôlée.   pijlSur le marché de Tsukiji à Tokyo, lors de la première criée de 2011, un montant record de 300 000,00 euros a été déboursé pour un thon de 342 kilos.

Film: La chasse sous-marine du thon rouge (282kg)

Le thon et les fermes d'élevage

Étant donné que les grands thons se raréfient, on capture des exemplaires de plus en plus petits. Ces petits thons sauvages sont alors engraissés avec des sardines, des anchois ou des farines de poisson. Les grandes quantités, la densité élevée, l'utilisation d'antibiotiques et la gigantesque production d'excréments font que ces fermes marines devraient être interdites. Pour la santé des poissons et des humains, pour la protection de l'environnement et pour des raisons d'éthique. L'Europe, l'Australie et le Japon sont les grands spécialistes en matière de fabriques marines de thon. Au Japon, on essaie de reproduire le cycle complet: de l'œuf de thon au thon engraissé (thon de Kindai). Le poulet de batterie de la mer. Des thons de plus en plus petits sont mis en cage pour y être engraissés rapidement. Le marché aux poissons de Tsukiji à Tokyo en est le berceau. Les véritables connaisseurs dédaignent le thon d'élevage. Ils considèrent qu'il s'agit d'une piètre qualité à bas prix. Le thon d'élevage est le produit de base pour la production massive de sushis et de sashimis proposés dans les grandes surfaces et dans les restaurants bon marché. Comment un thon d'élevage, à peine autorisé à nager, pourrait-il égaler un thon sauvage capable d'atteindre une vitesse de pointe de 80 km/h et parcourant parfois des milliers de kilomètres pour aller frayer?

La technique des fermes d'élevage a été développée en Australie pour la pêche du thon rouge dans l'Océan Pacifique. Au moment de se reproduire, les thons se déplacent en bancs près de la surface de l'eau, où ils sont pour ainsi dire cueillis dans une senne coulissante. Un remorqueur transporte ensuite, très lentement, le poisson capturé dans la senne vers les cages des fermes d'élevage de thon. Les poissons y restent entre quatre et six mois. Ils sont ensuite tués au harpon et au fusil.

Le commerce du thon, une réglementation catastrophique
et un système de contrôle caduc

Pour le thon atlantique, la CICTA (Commission internationale pour la Conservation des Thonidés de l'Atlantique) établit des quotas de pêche considérablement plus élevés que ceux que préconisent les scientifiques thoniers dans une perspective de pêche durable. Il s'ajoute à cela que les quotas sont souvent éludés et que les instances officielles le savent. Plus fort : l'UE va même jusqu'à subventionner les pêcheurs de thon espagnols, italiens et français. Dès la fin des années quatre-vingt-dix, les flottes de thoniers senneurs d'Espagne, de France et d'Italie ont été radicalement modernisées avec l'aide des subventions de l'UE. Actuellement, et à nouveau avec l'aide des subventions de l'UE, on tente de réduire la surcapacité des navires de pêche. Sans grand résultat. Les bateaux européens à senne coulissante de France, par exemple, poursuivent leurs captures sous pavillon algérien : pour les mêmes fermes d'élevage, les mêmes acheteurs et le même marché japonais. L'Italie, la France, l'Islande, l'Espagne, le Japon, la Chine et la Libye ont rejeté en mars 2010 la proposition de mettre le thon rouge sur la liste CITES. L'inscription du thon rouge sur cette liste, qui recense toutes les espèces animales menacées d'extinction, aurait engendré une interdiction totale de pêche. La Mitsubishi Corporation, principalement connue comme marque automobile, est de loin le plus grand importateur de thon, disposant de sa propre flottille de thoniers et de ses propres entreprises d'engraissage. Mitsubishi pêche souvent au large des côtes algériennes, avec des palangres de plusieurs kilomètres pleines d'hameçons. Il n'existe pas de statistiques de pêche algériennes. La Lybie ne communique plus ses captures depuis 2004. La Turquie pêche du thon sans disposer pour cela de quotas reconnus. La Croatie ne joue pas vraiment la transparence avec ses chiffres officiels de pêche au thon. Les thons pêchés de manière illégale sont acheminés vers des fermes d'élevage pour ainsi dire incontrôlables le long des côtes méditerranéennes. La mafia italienne s'y trouve mêlée. Fraude et tricherie favorisent le pillage ultérieur des thons. Sur le marché noir, les thons pêchés hors quotas trouvent leur chemin vers le Japon et vers les restaurants de sushis et de sashimis du monde entier. « Tout tourne autour du profit, c'est une question d'avidité », déclare Roberto Mielgo, expert indépendant des questions thonières, oeuvrant pour le WWF et pour Greenpeace.

Greenpeace appelle à l'interdiction du transbordement et de l'approvisionnement du poisson en mer dans les eaux internationales
pijlGreenpeace appelle à l'interdiction du transbordement et de l'approvisionnement du poisson en mer dans les eaux internationales, afin de pouvoir lutter plus efficacement contre ces pratiques illégales.

Film: Le bateau de pêche au thon le plus grand dans le monde

L'organisation de consommateurs Test-Achats confirme

Le thon en boîte contient trop de sel, de mercure et des restes de soja ou d'allergènes, qui ne sont souvent pas mentionnés parmi les ingrédients. Le thon est largement surpêché et la capture en soi est de surcroît lourde de conséquences pour la totalité de l'écosystème. Les circonstances de travail des pêcheurs sont en outre rarement qualifiables de « normales ». La consommation de thon est donc « mauvaise » pour la sauvegarde de l'espèce, pour l'environnement et par rapport à l'éthique.

La pêche au thon au large des côtes méridionales de l'Espagne : l'amadraba.

Lorsque les sennes sont remontées, la mer semble entrer lentement en ébullition. La surface de l'eau commence à vibrer faisant naître des vaguelettes. Les premières ombres métallisées fendent l'eau dans une tentative désespérée de s'échapper des filets. Les cris et les coups de sifflet du capitaine sont subitement couverts par le bruit assourdissant que font les thons en donnant de puissants coups de queue sur la surface de l'eau lorsqu'ils se sentent en danger. Une pluie de poissons s'ensuit : la violence des coups de queue projette dans les airs des centaines de maquereaux qui se trouvaient parmi les thons. Ils atterrissent avec fracas sur le pont des chaloupes. Les bateaux se hâtent vers leur port d'attache. Les acheteurs japonais les y attendent pour trier les poissons et les acheminer vers leurs cargos. L'odeur du thon est omniprésente sur les quais de la petite ville portuaire de Barbate, à l'ouest de Gibraltar. La pêche au thon s'appelle ici « almadraba ». C'est la plus ancienne tradition de pêche encore pratiquée dans le monde occidental : ce rite ancestral nous vient des Phéniciens et des Romains qui s'y adonnaient déjà de façon industrielle. Tout cela est aujourd'hui en voie de disparition. Par manque de thons. Il n'y a plus de thons géants. Disparus… Diego Crespo, directeur de l'almadraba de Zahara de los Atunes, soupire profondément. La saison a été déclarée ouverte il y a trois semaines, mais jusqu'à présent, il n'y a eu que sept thons dans les filets. Les résultats des trois autres almadrabas sur la côte sud de la province de Cadix ne sont guère plus réjouissants. Au total, seulement une centaine de thons a été capturée. « Chaque année, un peu moins », dit Crespo. « Si cela continue comme cela, nous ne pourrons plus financer l'affaire. Même le prix élevé que les Japonais sont prêts à débourser pour l'exclusif thon rouge « sauvage » de l'almadraba ne suffira plus à couvrir les salaires des grandes équipes de pêcheurs.

Film: Suivez l'équipe du bateau de pêche au thon en action

L'ICCAT/CICTA, la mafia du thon.

46 pays, l'UE incluse, sont membres de l'ICCAT (en français : CICTA), une commission internationale qui est censée protéger le thon de l'Atlantique, et plus particulièrement le thon rouge. C'est elle qui fixe les quotas et le poids minimum et qui détermine la période de capture limitée. Dans la pratique, l'organisation semble malheureusement pervertie par les grands intérêts financiers que représente la pêche au thon. Au sein de l'univers thonier, l'ICCAT est entre-temps désignée comme étant l'« International Conspiracy to Catch all Tuna ». Les experts estiment que les prises effectuées dans la Méditerranée en 2007 sont trois fois plus élevées que le taux de capture recommandé par les scientifiques dans le cadre d'une pêche durable. Les organisations oeuvrant pour la protection de l'environnement et de la nature ont crié au scandale à ce propos. Comme c'est souvent le cas en Europe, le problème était que les États membres avaient encore quelques vieux comptes à régler.

Film: La surpêche du thon, de requin et d'albatros dans l'Océan Pacifique

Le thon en boîte : Les Seychelles, l'ISSF et le WWF

La deuxième plus grande conserverie thonier est implantée dans les Seychelles. 400 tonnes de poissons provenant de l'Océan Indien y sont quotidiennement mises en boîte. D'après les scientifiques et les activistes, un boycott du thon originaire de cette région s'avère imminent. Un cinquième de tous les thons de la planète est capturé aux alentours des Seychelles. La pêche industrielle détruit les ressources et saccage les fonds marins. Cela appelle au boycott. L'International Seafood Sustainability Foundation (ISSF) est une alliance entre huit entreprises commerciales de grande envergure et le Fonds mondial pour la Nature (WWF) qui œuvre pour la durabilisation du secteur. Mais aussi bien le thon obèse que le thon jaune et le thon blanc sont surexploités dans la plupart des régions. « L'industrie thonier doit assurer sa propre survie en plaidant pour la durabilité », déclare Fox.

Sea Shepherd lance une action contre la surpêche du thon

Paul Watson, capitaine de Sea Shepherd, combat pour la survie des thons.
pijlBrigitte Bardot mengt zich in het conflict voor de Libische kust. Een zeilschip, dat de naam van de dierenrechtenactiviste en voormalige actrice draagt, zal binnenkort naar de krijgszone in de Libische wateren vertrekken om de illegale vangst van rode tonijn te verhinderen. De boot zal met een 15-koppige bemanning een ander schip van de milieuorganisatie Sea Shepherd begeleiden. Later zal de boot in Denemarken protesteren tegen het doden van dolfijnen. In Antarctica zal de "Brigitte Bardot" dan weer ingezet worden om walvissen te beschermen.


L'association environnementale Sea Shepherd a démarré une campagne contre la capture illégale du thon rouge en Méditerranée. Cette campagne, dans le cadre de laquelle des actions sont prévues, entre autres, dans les eaux libyennes où opèrent de nombreux braconniers, court jusqu'à la mi-juillet. Si la saison officielle de pêche au thon rouge en Méditerranée s'étend de mi-mai à mi-juin, la pêche en elle-même est également soumise aux strictes limitations des quotas internationaux. L'organisation affirme qu'elle mettra tout en œuvre, dans les limites légales, pour protéger le thon rouge menacé d'extinction. Un affrontement a récemment eu lieu près de Malte entre Greenpeace et des pêcheurs français. Depuis le début de la pêche industrielle, la population des thons rouges en Méditerranée a diminué d'au moins 85 pour cent.

Film: Sea Shepherd en pleine action (Blue Rage)

Le thon en tant qu'indicateur de l'état piscicole et de l'écosystème des océans Greenpeace action thon rouge en Turquie Le thon et ses importantes captures accessoires Greenpeace: surconsommation de thon rouge et des autres sortes de thon Le thon en boîte : Les Seychelles, l'ISSF et le WWF Le International Conspiracy to Catch all Tuna ICCAT la mafia du thon Greenpeace: La réglementation du commerce du thon désastreux et on choisit souvent de fermer les yeux. Des sushis toxiques à base de thon menacé d'extinction:  on ne peut pas faire pire Le thon en boîte : Les Seychelles, l'ISSF et le WWF Sea Shepherd lance une action contre la surpêche du thon Protégez le thon avec Amanprana et Seafirst Sauvez le thon Couper du thon rouge méridional pour sushi Suivez l'équipe du bateau de pêche au thon en action Sea Shepherd en pleine action (Blue Rage) La chasse sous-marine du thon rouge (282kg)