home fr
achetez où?

Saumon, thon, scampis & autres poissons: mauvais pour la santé

Du plastique dans la mer, c'est du plastique dans votre corps

« L'océan, c’est le dépotoir pour toutes nos substances polluantes chimiques et tous les déchets en général »,  explique Chelsea Rochman, chercheur à l'université de Californie dans une étude récente de Nature, Scientific Reports. En fin de compte, ces substances nocives aboutissent en grande quantité dans la chaîne alimentaire, dans le poisson sauvage, dans le poisson d'élevage et dans les hommes qui mangent ses poissons.

Plus les produits chimiques se trouvent tôt dans la chaîne alimentaire, plus ils sont absorbés. Les plus grands poissons les plus gras, comme le thon et l'espadon, contiennent dès lors les niveaux les plus élevés de mercure, de polychlorobiphényle (PCB) et autres dioxines.

La faune marine ingère également beaucoup de substances chimiques provenant de déchets en plastique. Elle les ingère à son insu. De nombreuses villes de plastique voguent sur les océans. Elles ont une superficie totale équivalant à 50 fois la Belgique ! De façon moins visible, des milliards de particules de plastique nagent également dans les mers, finement moulues par les marées.

Des scientifiques (Rochman) se sont demandés quel rôle les plastiques jouaient dans le transfert des produits chimiques au sein de la chaîne alimentaire. Ils ont réalisé une étude sur les médakas, le poisson-riz japonais, qui est souvent utilisé lors d'expériences. Un premier groupe de médakas a reçu du poisson normal en guise de nourriture, un deuxième groupe a mangé du poisson avec 10 % de plastique « propre » (sans matières polluantes) et un troisième groupe a suivi un régime de poisson contenant 10 % de plastique provenant de la baie de San Diego. Deux mois plus tard, on retrouvait dans le troisième groupe, soumis au régime plastique de la mer, des niveaux de matières polluantes nettement plus élevés.

«Le plastique de l'océan semble être une véritable éponge à produits chimiques», explique Rochman. « Si le plastique interagit avec les liquides présents dans l'estomac du poisson, les produits chimiques s'échappent du plastique et sont transférés dans le système sanguin et les tissus. » Les médakas soumis au régime plastique de la mer sont confrontés à davantage de problèmes hépatiques et tumeurs.

Le poisson, c'est du poison

Manger du poisson sauvage ne semble donc pas la solution saine, parce que le poisson contient beaucoup de plastique et de produits chimiques. Pour tout de même ingérer suffisamment de bons acides gras oméga 3, de nombreuses personnes optent dès lors pour du poisson d'élevage.

Mais, même si le poisson gras d'élevage  contient  des oméga 3 sous la forme d'EPA et DHA, il ne contient pas d'acide gras oméga 3 essentiels (ALA et LA). Essentiel signifie : 1.  que notre corps ne peut pas produire ces oméga et 2.  que notre corps ne peut pas fonctionner sans ces oméga. Il est donc préférable de ne pas manger de poisson pour ingérer les bons oméga 3, mais plutôt de l'huile végétale comportant de l'acide alpha-linolénique (ALA), l'acide gras oméga 3 qui est bien essentiel.

Le poisson d'élevage comporte également des métaux lourds, des substances toxiques et  des matières déréglant le système hormonal, des pesticides, des antibiotiques, des colorants, des abats, des gaz sédatifs, etc. C'est clair: le poisson d'élevage n'est pas une solution de remplacement saine pour la viande.

Wat je niet wilt weten over gekweekte zalm

Le saumon est élevé dans des cages: 27 saumons en moyenne dans un bassin, beaucoup trop proches les uns des autres. Les saumons sont souvent tués à coups de matraque ou leurs branchies sont arrachées au couteau alors qu’ils vivent encore. Les saumons trop petits ne sont souvent pas tués immédiatement. Ils sont jetés sur la glace et meurent lentement par asphyxie. Pour élever un kilo de saumon, il faut en outre pêcher cinq kilos d'autres poissons.

Une pisciculture comptant 200 000 saumons génère certainement autant d'excréments et d'antibiotiques qu'une ville de 65 000 habitants. Les excréments coulent vers le fond et constituent un foyer de culture pour les maladies. Pour lutter contre ces maladies, les piscicultures utilisent notamment de grandes quantités d'antibiotiques. Les antibiotiques restent dans le poisson et finissent par se retrouver dans votre corps. Il faut être particulièrement prudent quand il s'agit de femmes enceintes, de fœtus et de bébés. Chaque année, selon les estimations, 600 000 enfants naissent avec des troubles mentaux ou des problèmes moteurs suite à l'absorption par la mère de poisson rempli de pesticides et d'antibiotiques.

Les excréments des saumons attirent également les parasites et les vers. Pour réduire leur prolifération, les piscicultures utilisent à nouveau des pesticides. Ces pesticides sont destinés à attaquer le cerveau des parasites des poissons, mais ils peuvent également provoquer des dommages à votre cerveau comme des troubles de l'attention, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, de la démence...
Un de ces pesticides  est  le gaz neurotoxique (Endosulfan). Les gaz sédatifs sont interdits partout, sauf dans l'aquaculture. Les gaz sédatifs s'accumulent dans les poissons  et aboutissent ainsi dans votre corps, tout comme les pesticides cyperméthrine, deltaméthrine, emamectine, téflubenzuron et azaméthiphos, tous irritant pour les yeux, la peau et les voies respiratoires et dangereux pour le système nerveux. Des valeurs élevées et dangereuses d'arsenic, de PCB, de dioxines, de dieldrine et de toxaphène ont également été relevées dans du saumon. Étant donné que des métaux lourds et du poison s'accumulent dans la graisse du saumon, on retrouve jusqu'à 9 millions de fois plus de restes de pesticides dans le saumon que dans les eaux dans lesquelles il nage.

Depuis le 1er janvier 2013, des abats peuvent de nouveau être mélangés à la nourriture pour les saumons en vertu d'une décision de l'UE. C'était interdit depuis la maladie de la vache folle (ESB).

Pour rendre le saumon bien rose, le saumon d'élevage est coloré grâce au carophyll synthétique et à l'astaxanthine. Et le saumon est souvent fumé avec du liquid smoke, qui contient du FF-B et de l'AM 1 et peut endommager l'ADN.

Source: newsmonkey.be

Ce que vous préférez ignorer sur les scampis

Les étangs d'élevage ont détruit de façon irréversible 38 pour cent des mangroves du monde. Pour élever 5 kg de scampis, il faut 13 kilomètres carrés de mangroves.

Les scampis sont élevés dans de l'eau «enrichie» de produits chimiques comme de l'urée, du phosphate du monocalcium et du diesel. Les scampis  reçoivent des pesticides, des antibiotiques, du borax et des piscicides pour combattre les maladies et autres champignons. Lors de tests, 162 bactéries ont toutefois encore été trouvées sur des scampis, dont 10 étaient déjà résistantes aux antibiotiques.

La situation n'est pas vraiment meilleure pour les scampis sauvages: pour en pêcher un kilo,  ce sont cinq à 18 kilos d'autres sortes d'animaux non souhaités qui sont également péchés (requins, étoiles de mer, tortues de mer…).

Ce que vous préférez ignorer sur le thon

Tous les types commerciaux de thon font l'objet d'une surpêche. Nous sommes en train d'exterminer le thon. Élever du thon est quasi impossible, car cela coûte beaucoup trop cher. Le thon pourra peut-être être sauvé de l'extermination en devenant tellement nocif que nous ne pourrons plus le manger. Si on pêche le thon d'une façon préservant les dauphins, c'est au détriment d'autres animaux (thons immatures, requins et raies, tortues de mer, albatros…).

La salade de thon et les sushis constituent des causes importantes d'intoxications alimentaires (scombrotoxine)

Le thon comporte des métaux lourds et en particulier du mercure de méthyle. Le mercure de méthyle est un produit annexe de la combustion de carburants fossiles qui aboutit dans l'eau. Il est absorbé par les algues qui sont mangées par des petits poissons, qui sont à leur tour mangés par les thons. Les espèces les plus chères de thon contiennent généralement plus de mercure de méthyle que les moins chères. Le thon plus cher provient de thons de plus grande taille. Plus le thon est grand, plus il est âgé, et plus le mercure a pu s'accumuler dans son corps. Le mercure de méthyle est responsable de chutes de cheveux, de pertes de mémoire, de problèmes intestinaux, de palpitations, et de maux de tête… Les personnes dont le corps contient de trop hautes concentrations de mercure de méthyle présentent un risque accru de 70 % de subir une attaque cardiaque. Le temps de demi-vie du mercure de méthyle dans le corps humain varie entre 50 jours et une année. Le thon étant devenu si rare et si cher, 60 % de ce qui est vendu pour du thon n'en est pas. Il n'y a pratiquement pas de contrôle. Très souvent, on sert de l'escolier ou de la gonnelle. L'escolier est interdit au Japon et en Italie. Au Canada, en Suède et au Danemark, il peut uniquement être vendu moyennant un avertissement explicite. L'escolier comportant une huile très laxative (gempylotoxine), il peut provoquer des diarrhées.

Source: newsmonkey.be

Saumon, thon, scampis & autres poissons: mauvais pour la santé Poisson ou plastique?