home fr
achetez où?

Les pays d’Asie polluent de plus en plus l’environnement. Il paraît impossible de stopper les déchets plastiques dans nos océans

Nos océans sont proches de l’étouffement par nos déchets : bouteilles en plastique, sacs en plastique, filets, microbilles et cela va encore plus loin. Les dénommés gyres deviennent les grandes poubelles flottante de déchets humains et celles-ci ne seront pas éliminées avant longtemps : elles ne font qu’augmenter.

À peine 5 % du plastique dans les océans est visible à la surface. Le reste se situe au-dessous du niveau de mer où il devient littéralement une pilule amère à avaler pour les poissons et autres créatures aquatiques.

Cinq nations asiatiques polluent le plus, déchargeant une terrible quantité de plastique

Les études montrent qu’en fait cinq pays sont les plus gros pollueurs et ceux-ci se trouvent tous en Asie. Le Conservatoire des océans déclare que la Chine, l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam sont les pires pollueurs au monde. Ils sont responsables de 60 % des déchets plastiques.

Si nous continuons sur la même voie, en 2025 il y aura près d’une tonne de plastique pour trois tonnes de poissons. Non seulement cela sera préjudiciable à l'environnement, mais cela conditionnera notre économie.

Pourquoi l’Asie est-elle en tête des déchets qui polluent l’environnement ?

Nous savons tous que le monde occidental est composé de réels consommateurs, alors comment se fait-il que l’Asie domine dans cette histoire ? Les pays asiatiques ont aussi commencé à consommer selon le modèle occidental. Leurs économies étant en croissance, ils y a plus d’argent disponible et la demande de nouveaux produits augmente régulièrement. Ajoutez-y le fait que leur manière de traiter les déchets est encore loin derrière le monde occidental. Dans les pays que nous avons mentionnés, seulement 40 % des déchets sont réellement collectés, la plupart étant simplement déversés quelque part.

Conférence climatique : L'Asie s'oppose aux accords sur le changement climatique

Le problème est aussi que les nations asiatiques craignent désormais que les accords conclus lors de la conférence sur le changement climatique à Paris représentent surtout des sacrifices et peu de bénéfices. Ils veulent que les émissions historiques soient étudiées et demandent aussi leur propre droit au développement. Car lorsque vous négociez sur le changement climatique, vous négociez aussi la croissance économique.

 

L'Asie la plus grande pollution en déchets et plastiquesLes pays asiatiques les plus gros pollueurs de l'environnement